Histoire

En 1962,

la Commission nationale roumaine pour l’UNESCO a pris l’initiative de convoquer à Sinaia (Roumanie) un colloque international sur le thème « Les civilisations balkaniques et sud-est européennes ». De ces travaux s’est dégagée une tâche faite pour polariser l’attention et les efforts, à savoir : valoriser sans préjugés un patrimoine historique et spirituel d’une remarquable unité et d’antique tradition. C’est ainsi donc qu’une année plus tard, le 23 avril 1963, devait être fondée à Bucarest, avec l’appui moral et financier de l’UNESCO, l’Association Internationale d’Etudes du Sud-Est Européen (AIESEE).
En siégeant le Secrétariat Général de l’AIESEE à Bucarest, l’Etat roumain s’est assumé, dès le début, la charge financière de son activité.
Le but de cette Association, conçue comme organisme international non-gouvernemental et bénéficiant dès sa fondation jusqu’à présente du soutien moral et financier de l’UNESCO, est de promouvoir l’étude des civilisations épanouies dans l’espace balkanique et sud-est européen, leurs relations avec les autres civilisations d’Europe et du reste du monde, leurs apports au patrimoine culturel universel, en faisant de cette étude un instrument de la paix et de l’amitié, au-delà de la diversité des idéologies et des régimes politiques. Comme champs de son activité, l’AIESEE a choisi le vaste domaine des sciences humaines : histoire, archéologie, ethnographie, linguistique, philologie, folklore, arts, droits etc.
La langue officielle de l’Association est le français, mais comme langue de communication est aussi accepté l’anglais. Lors de réunion scientifiques sont acceptées d’autres langues de circulation.
Son programme est approuvé par le Bureau élu au dernier congrès en 2004, à Tirana :

Président : André Guillou (France)
Vice-présidents : Luan Omari (Albanie)
Klaus ROTH (Allemagne)
Vasilka Tăpkova-Zaimova (Bulgarie)
Vassiliki Papoulia (Grèce)
Vladimir K. Volkov (Russie)
Melek Delilbaşi (Turquie)
-     (Serbie-et- Monténégro)
Secrétaire général : Răzvan Theodorescu (Roumanie)

 

Ses membres sont les comités nationaux d’études balkaniques et sud-est européennes, constitués, jusqu’à présent, dans 24 pays, à savoir : Albanie, Allemagne, Autriche, Bulgarie, Chypre, Espagne, Etats Unis, France, Grande Bretagne, Grèce, Hongrie, Italie, Japon, Liban, Pays Bas, Pologne, République Moldova, République Slovaque, République tchèque, l’ex-République Yougoslave de Macédoine, Roumanie, Russie, Serbie-et- Monténégro, Turquie.
Les présidents des comités nationaux sont membres du Comité International de l’AIESEE. En même temps, l’Association reste ouverte à tout organisme national ou international dont les intérêts et l’activité interfèrent avec les siens ; c’est le cas du Conseil International des Etudes Indo-Européennes et Thraces  (Sofia) et du Centre de l’histoire contemporaine de l’Europe du Sud-Est (Belgrade) affiliés à l’AIESEE.
De son côté, l’AIESEE est affiliée au Comité International des Sciences Historiques (CISH) et au Comité Permanent des Organisations Internationales Non Gouvernementales (ONG) de l’UNESCO, bénéficiant d’un statut de catégorie B. D’autre part, dès le moment de sa fondation, l’AIESEE a bénéficié de l’aide du Conseil International de Philosophie et des Sciences Humaines (CIPSH), avec lequel elle devait poursuivre une collaboration des plus satisfaisantes.

Pour la mise en oeuvre de ses programmes d’activité, l’Association a organisé plus de 80 réunions scientifiques, des recherches poursuivies par de commissions et des groupes de travail, des séminaires et des cours pratiques pour des jeunes chercheurs. Depuis 1966, l’AIESEE a organisé également 9 congrès internationaux d’études du Sud-Est européen, tout en prenant aussi une part active aux congrès internationaux de profil apparenté, par exemple, aux congrès internationaux des sciences historiques.

Le Congrès d’études du Sud-Est européen a pris place à :

1. Sofia 1966
2. Athènes 1970
3. Bucarest 1974
4. Ankara 1979
5. Belgrade 1984
6. Sofia 1989
7. Thessalonique 1994
8. Bucarest 1999
9. Tirana 2004


Il faut mentionner l’activité développée par l’AIESEE dans le domaine des publications, comme il suit : le « Bulletin de l’AIESEE » (devenue Revue de l’AIESEE, suite au Congrès de Tirana), revue scientifique et d’information, arrivée à son XXXIVe numéro, « Bulletin d’archéologie sud-est européenne », trois volumes parus à ces jours ; 21 volumes d’études et documents ainsi que les Actes d’un nombre de colloques organisés par l’AIESEE.
Cette activité qui compte maintenant 42 ans de persévérance fait que l’AIESEE soit considérée comme la plus importante ONG dans le domaine des études balkaniques et sud-est européennes.

Activités 2000-2002
1.Réunion « Journées Balkaniques » organisée dans le cadre du XIXe Congrès international des sciences historiques portant sur « L’Union Européenne et le Sud-Est européen », Oslo, les 11-12 août 2000
2.Parution  du XXXIe numéro du Bulletin de l’AIESEE, 2002
3.Conférence internationale sur le « Processus historique et développement de la communication au service de la paix: le cas du Sud-Est européen des origines à  nos jours », organisée en collaboration et avec l’appui matériel de l’UNESCO, Paris, les 1-3 mars 2002.

Activités  2003 - 2005
1.Réunion d’experts sur « La Renaissance dans le Sud-Est européen », Calabre, les 4-6 septembre 2003.
2.Le IXe Congrès international d’études du Sud-Est Européen, Tirana, les 30 août – 3 septembre 2004, ayant comme surtitre Peuples, Etats et nations dans le Sud-Est de l’Europe sur la longue durée y les suivantes thèmes majeures :
a)Le Sud-Est européen - un concept géopolitique
b)Processus et développement économiques dans le Sud-Est européen
c)Mouvements sociaux e société dans le Sud-Est européen
d)Traditions communes, échanges et courants de pensée dans le Sud-Est européen
e)"Ecoles nationales" dans la littérature et les arts du Sud-Est européen
3.Publication du XXIIe volume du « Bulletin de l'AIESEE », 2003
4.Rédaction de l’œuvre collective « Pour une grande histoire des Balkans des origines aux guerres balkaniques: unité culturelle et particularismes, identités culturelles et dialogues interculturels », dont le premier tome – Espaces, Peuples, Langues  - a été déjà présenté lors du Congrès de Tirana. Nous espérons publier les deux autres tomes jusqu’au Congrès de Paris en 2009.
5.Réunion « Journées Balkaniques » organisée dans le cadre du XXe Congrès international des sciences historiques sur « Politique et culture dans l’histoire du Sud-Est européen: facteurs d’association, facteurs de dissociation », Sydney, les 3-9 juillet 2005.

Activités 2006 – 2009
1.Conférence sur « La Sicilia, i Balcani, il Mediteraneo - storia, cultura, lingue e popoli » (La Sicile, les Balkans, la Méditerranée – histoire, culture, langues et peuples), Palerme, 2006.
2.Réunion scientifique sur les « Réalités historiques et idéologies politiques: les projets de coopération entre les peuples balkaniques », Athènes, 2007.
3.Colloque avec le thème « L'Europe centrale et le Sud-Est européen aux XIXe-XXe siècles », Sofia ou Cepelare 2008.
4.Le Xe Congrès international d’études du Sud-Est européen, Paris 2009.