Reunions du Comité
There are no translations available.

REUNIONS DU COMITE INTERNATIONAL DE L’AIESEE

27 ET 28 Août 1999


27 Août, la Salle du Sénat de l’Université de Bucarest, 17 heures

A la première réunion du Comité International organisée à l’occasion du VIIIe Congrès international d’études du Sud-Est européen, de 30 membres de ce Comité y ont été présents :
1. Luan OMARI (Albanie)
2. Seit MANCAKU (Albanie)
3. Vasilka TĂPKOVA-ZAIMOVA (Bulgarie)
4. Agop GARABEDIAN (Bulgarie)
5. Pedro BADENAS DE LA PENA (Espagne)
6. Victor FRIEDMAN (Etats-Unis)
7. Petar ILIEVSKI – suppléant officiel de Mme Olivera YASAR-NASTEVA (L’ex-République Yougoslave de Macédoine)
8. André GUILLOU (France)
9. Vassiliki PAPOULIA (Grèce)
10. Maria NYSTAZOPOULOU-PELEKIDOU (Grèce)
11. Gyorgy HAZAI (Hongrie)
12. Nobuhiro SHIBA (Japon)
13. Răzvan THEODORESCU (Roumanie)
14. Virgil CÂNDEA (Roumanie)
15. Vladimir K. Volkov (Russie)
16. Tatiana STEFANOVICOVA (Slovaquie)
17. Miroslav TEJCHMAN (Rép. Tchèque)
18. Haralambie CORBU (Rép. Moldova)

N’ont pas été représentés officiellement les pays suivants : Allemagne, Autriche, Chypre, Italie, Liban, Grande Bretagne, Pays Bas, Pologne, Turquie, Yougoslavie et le Conseil International des Etudes Indo-européens et Thraces (M Alexandre Fol).
De quelques pays dont les membres étaient absents on a invité – sur place – des observateurs :
Allemagne         Vladimir Iliescu
Autriche                Peter Bachmaier
Chypre                Areti Demosthenous-Paschalidou
Italie                    Enrico Basso
Grande Bretagne            Tom Gallagher
Turquie                 Selçiuk Akşin Somel
Rép. Féd. de Yougoslavie    Dragoliub Petrović

Madame Hélène Antoniadis-Bibicou (France) a été invitée en tant que vice-présidente du Comité National Français et responsable du projet « Pour une grande Histoire des Balkans ».
Monsieur Paul Stahl a été invité en sa qualité de directeur de l’Institut d’études sud-est européennes de Bucarest.

Le Secrétaire général de l’AIESEE, M Răzvan THEODORESCU ouvre la séance présentant aux participants l’ordre du jour de la réunion :
1.Confirmation de l’adhésion du Comité National de la Rép. Moldova
2.Communication de la lettre envoyée par l’Académie Albanaise de Science, concernant le Comité National Albanais
3.Remplacement du Président du Comité National de la Rép. Tchèque, M Valdimir Vavřínek, par M Miroslav Tejchman
4.Information orale concernant le remplacement du Président du Comité National Italien, M Domenico Caccamo, par Mme Luisa Valmarin
5.Lettre de l’Académie Macédonienne des Sciences concernant la suppléance de Mme Olivera Yaşar-Nasteva
6.Lettre de l’Académie Slovène concernant l’impossibilité de participer au Congrès
7.Situation des comités nationaux qui n’ont plus d’activité : Allemagne, Pologne, Angleterre, Liban, Pays Bas, etc.
8.Problème des cotisations
9.Election du nouveau Président de l’AIESEE
10. Modifications des statuts
11. Activités futures : Journée Balkanique – Oslo (en 2000), Conférence de Paris sur la communication (en 2000), Colloques de l’AIESEE (en 2001 et 2003), le Congrès de l’Association Internationale d’Etudes du Sud-Est Européens (en 2004)
12. Questions diverses

On commence les discussions sur les points de l’ordre du jour.
1.Tous les membres sont d’accord avec la confirmation de l’affiliation du Comité National de la Rép. Moldova représenté dans le Comité International par son Président, M Haralambie Corbu de l’Académie des Sciences de la Rép. Moldova.
2.Suite aux changements survenus dans le Comité National Albanais, le nouveau Président a été désigné M Luan Omari qui, avec l’accord des membres du Comité International, est devenu membre de ce comité, ainsi que vice-président de l’AIESEE à la place de M Shaban Demiraj. En même temps, M Seit Mancaku a été désigné comme deuxième représentant de l’Albanie.
3.Les membres approuvent le remplacement de M Vladimir Vavrinek par M Miroslav Tejchman comme membre du Comité International, en tant que nouveau Président du Comité National Tchèque.
4.Suite à une information téléphonique annonçant la décision de M Domenico Caccamo de renoncer à la fonction de Président du Comité National Italien on attend la confirmation écrite de son remplacement par Mme Luisa Valmarin.
5.Le Secrétaire général présente la lettre de l’Académie Macédonienne des Sciences désignant M Petar Ilievski de suppléer à ces réunions Mme Olivera Yaşar-Nasteva.
6.Egalement, M Theodorescu informe les membres du Comité International sur la lettre reçue de la part du Président de l’Académie des Sciences et des Arts de Slovénie exprimant le regret que l’Académie de Ljubljana se trouve – par des raisons en dehors de son pouvoir – dans l’impossibilité d’être représentée aux travaux du Congrès.
7.Au sujet des comités nationaux qui sont inactifs on discute les cas suivants :
Allemagne – M Armin Hohlweg, élu en 1994 à Thessalonique comme membre du Comité International, en tant que Président du Comité National Allemand, n’a pas eu aucune activité et ne répond même pas aux lettres du Secrétariat général. Mme Vassiliki Papoulia présente l’information que le Prof. Meyer va fonder un nouveau comité allemand, mais qu’il doit d’abord récupérer les papiers du Président actuel. M Vladimir Iliescu s’engage – en sa qualité d’observateur – à informer les personnes intéressées sur cette situation.
Pologne – Mme Iolanta Mindak, élu à Thessalonique en 1994, n’a montré aucun intérêt pour l’activité de l’AIESEE. Toujours M Vladimir Iliescu propose de discuter lui-même avec des personnes qui pourraient influencer la collaboration du Comité National Polonais.
Angleterre – Depuis 1992, l’année d’une réunion du Bureau de l’AIESEE organisée à Oxford, le Comité National Britannique ne s’est plus intéressé par les programmes de l’Association et n’a plus répondu aux messages du Secrétariat général. L’observateur de la Grande Bretagne, M Tom Gallagher a été prié de communiquer au Président du Comité britannique, M John Alcock, ce qu’on a discuter sur ce sujet.
Liban – Bien que M Camille Aboussouan, Président du comité National Libanais et un des membres fondateurs de l’AIESEE, soit toujours le Président de ce comité, tenant compte de la situation spéciale du Liban ainsi du fait que M Aboussouan habite Paris, l’activité de ce comité a cessé depuis longtemps. M Virgil Cândea sera au moins de décembre a Paris et parlera avec M Aboussouan de ce sujet.
Pays Bas – Comité National inactif en partant de l’an 1993, le Président en fonction, M Albert P. van Goudoever, ne répond pas à la correspondance adressée par le Secrétariat général.

M  André Guillou propose de contacter les Ambassadeurs des pays qui ne réponde pas.
Le Secrétaire général, Răzvan Theodorescu fait remarquer la situation spéciale pour ce qui est de la Turquie : Mme Melek Delilbaşi, vice-présidente de l’AIESEE et présidente du Comité National Turc, est très active à Ankara et en général en Turquie mais la présence turque au sein de l’AIESEE est plutôt faible. Le deuxième représentant, M Gazi Yurdaydin ne répond pas. En même temps, le Secrétaire général souligne la situation dramatique de la Turquie après le tremblement de terre et fait lire la lettre adressée à l’Ambassade de Turquie.
En ce qui concerne la Yougoslavie on constate que, après le démembrement de la République Fédérale et la création du Comité National auprès de l’Académie Macédonienne des Sciences et des Arts, à la place de Mme Olivera Yaşar-Nasteva n’a pas été désignée le deuxième représentant pour la Yougoslavie, comme prévu dans les statuts. On décide d’écrire à  ce sujet à M Milutin Garaşanin.
Quant à l’absence de M Alexandre Fol, Mme Vasilka Tăpkova-Zaïmova déclare qu’elle a été très surprise de ne pas le trouver à Bucarest car il avait l’intention de participer au Congrès comme rapporteur.

8.Le Secrétaire général présente la situation du payement des cotisations :
Restances
Albanie                                1998-1999
Allemagne                            1996-1999
Autriche                                1998-1999
Bulgarie                                1986-1999
Chypre                                  1999
Espagne                                1998-1999
Etats-Unis                                à jour
FyroMacédoine                             1996-1999
France                                à jour
Grande Bretagne                            1990-1999
Grèce                                    1999
Hongrie                                1986-1999
Italie                                    1998-1999
Japon                                    à jour
Liban                                    1989-1999
Pays Bas                                1994-1999
Pologne                                 1973-1999
République Moldova                        1995-1999
République Slovaque (comité créé en 1994)            1995-1999
République Tchèque (comité créé en 1994)            1995-1999
(L’ex-Tchècoslovaquie                    1988-1994)
Russie                                1998-1999    
Roumanie                                à jour
Turquie                                 à jour    
Yougoslavie                                1988-1999
Conseil International des Etudes
Indo-Européens et Thraces                    1994-1999

M André Guillou déclare qu’il n’aime pas à parler d’argent, mais ce n’est pas normal que quelques pays payent et d’autres ne payent pas.
9.Election du nouveau Président de l’AIESEE.
M Răzvan Theodorescu souligne la coutume suivie jusqu’à présent d’élire des présidents venant de l’espace sud-est européen, mais propose de sortir de cette ornière traditionnelle. Tenant compte du fait que le Sud-Est européen est un monde perçu d’une façon contradictoire par l’Occident, ainsi que du fait que l’initiative de l’ouvrage « Pour une grande Histoire des Balkans » appartient au professeur André Guillou, vice-président de l’AIESEE et Président du Comité National Français, il propose son élection comme Président de l’Association. Faire l’éloge  de M Guillou est tout à fait superflu, car son riche activité et sa contribution au bénéfice de notre organisation sont bien connues. En même temps, le Secrétaire général fait lire la lettre envoyée par M Nikolai Todorov, Président d’honneur, souhaitant succès aux travaux du Congrès et proposant l’élection de M André Guillou comme Président de l’AIESEE.
Mme Vassiliki Papoulia considère comme très bonne cette proposition d’autant plus que tous les pays des Balkans veulent joindre l’Union Européenne.
M Virgil Cândea  évoque les circonstances de la fondation de l’AIESEE qui étaient différentes par rapports au présent, ayant comme but à encourager cette partie de l’Europe par des échanges de chercheurs, représentant aussi une chance pour les spécialistes du Sud-Est européen de sortir de leurs pays. Maintenant le problème des Balkans est devenu intercontinental, allant vers une globalisation, donc il n’y a plus des raisons de continuer d’aborder la situation de la même manière. Il est parfaitement d’accord avec la proposition d’élire comme Président le professeur André Guillou pour des raisons qui nous mènent à changer la tradition, car il est grand temps pour cela, changement qui offrira une nouvelle perspective au futur programme de l’AIESEE.
Mme Vasilka Tăpkova-Zaimova appuie la candidature de M André Guillou en évoquant à ce propos les « parabalkaniques » cités jadis par feu A. F. Miller.
M Luan Omari recommande la candidature de M André Guillou.
M Vladimir Volkov soutient aussi la candidature du Président du Comité National Français.
Mme Maria Nystazopoulou-Pélékidou considère qu’on a déjà tout dit à ce sujet et appui avec enthousiasme l’élection du professeur André Guillou, car ce sera au profit de l’Association et aussi de la France pour les études sud-est européennes.

Tous les membres du Comité International présents expriment leur accord et M André Guillou devient le Président de l’AIESEE pour les cinq années suivantes.

M André Guillou remercie et déclare qu’il se sent honoré de l’élection d’autant plus qu’il est le représentant d’une autre partie de l’Europe que celle du Sud-Est. Il s’engage à soutenir tous les projets menant vers le développement des études sud-est européennes et fera de son mieux pour achever l’oeuvre « Pour une grande Histoire des Balkans ».
M Răzvan Theodorescu remercie la Grèce pour la présidence de cinq  ans depuis le Congrès de Thessalonique et déplore l’absence de M Jan Karayannopoulos. En même temps, considère que l’intérim de Mme Vassiliki Papoulia a constitué une collaboration remarquable. Dans ce sens propose aux participants d’être d’accord avec la nomination de M Jan Karayannopoulos comme Président d’honneur et celle de Mme Vassiliki Papoulia comme vice-présidente de l’AIESEE.
Mme Vassiliki Papoulia remercie et félicite M André Guillou pour sa nouvelle fonction.

On passe à la révision de la composition du Bureau et du Comité International de l’AIESEE.

BUREAU
Président :                André Guillou (France)
Vice-présidents :             Luan Omari (Albanie)
Armin Hohlweg (Allemagne)
Vasilka Tăpkova-Zaimova (Bulgarie)
Vassiliki Papoulia (Grèce)
Vladimir K. Volkov (Russie)
Melek Delilbaşi (Turquie)
Milutin Garaşanin (Yougoslavie)
Secrétaire général :         Răzvan Theodorescu (Roumanie)

COMITÉ INTERNATIONAL
Luan Omari (Albanie)
Seit MANCAKU (Albanie)
Armin HOHLWEG (Allemagne)
Arnold SUPPAN (Autriche)
Vasilka Tăpkova-Zaimova (Bulgarie)
Agop GARABEDIAN (Bulgarie)
Kostas Kyrris (Chypre)
Pedro BADENAS DE LA PENA (Espagne)
Victor FRIEDMAN (Etats-Unis)
Olivera YASAR-NASTEVA (L’ex-République Yougoslave de Macédoine)
André GUILLOU (France)
John ALCOCK (Grande Bretagne)
Vassiliki Papoulia (Grèce)
Maria NYSTAZOPOULOU-PELEKIDOU (Grèce)
Gyorgy HAZAI (Hongrie)
Domenico CACCAMO (Italie)
Nobuhiro SHIBA (Japon)
Camille ABOUSSOUAN (Liban)
Albert P. GOUDOEVER (Pays Bas)
Iolanta MINDAK (Pologne)
Haralambie CORBU (République Moldova)
Miroslav TEJCHMAN (République Tchèque)
Răzvan Theodorescu (Roumanie)
Virgil CANDEA (Roumanie)
Vladimir K. Volkov (Russie)
Tatiana STEFANOVICOVA (Slovaquie)
Melek Delilbaşi (Turquie)
Huseyin GAZI YURDAYDIN (Turquie)
Milutin GARASANIN (Yougoslavie)

Alexandre FOL (Conseil International des Etudes Indo-Européennes et Thraces)

PRÉSIDENTS D’ HONNEUR
Nikolai TODOROV (Bulgarie)
Jan KARAYANNOPOULOS (Grèce)

VICE-PRÉSIDENTS D’HONNEUR
Georges CASTELLAN (France)

SECRÉTAIRE GÉNÉRAL D’HONNEUR
Virgil Cândea (Roumanie)


Le Président André Guillou est d’avis que si M Armin Hohlweg ne répond pas à la lettre dans deux mois va perdre la fonction de vice-président de l’AIESEE.
M Gyorgy Hazai propose de le contacter directement (par téléphone).
Le Secrétaire général annonce qu’en ce qui concerne le futur congrès il y a déjà deux propositions : France et Albanie.
Celles-ci ainsi que les autres points de l’ordre du jour feront l’objet des discussions dans la réunion du 28 août.



28 Août, la Salle du Sénat de l’Université de Bucarest, 9 heures

A la deuxième séance, de 18 membres du Comité International présents à la première réunion du 27 août ont été absents : MM Nobuhiro Shiba (Japon), Miroslav Tejchman (Rép. Tchèque) et Victor Friedman (suppléé par M Bernd Fischer)

10. La séance commence avec des discussions sur les Statuts de l’AIESEE dont, après 35 ans, des modifications s’imposent. Par exemple :
a)Article 8 – concernant la cotisation, qui à partir de ce moment sera fixée par le Comité International.
b)Article 10 – concernant le problème des deux représentants pour les pays balkaniques, en particulier cas des pays de l’ex-Yougoslavie. Les opinions ont été différentes quant aux futurs pays de l’ex-Yougoslavie qui vont solliciter l’affiliation à l’Association, car il faut laisser la porte ouverte. On décide, pour le moment, de mentionner les deux pays : République Fédérale de Yougoslavie et l’ex-République Yougoslave de Macédoine, et d’envoyer les Statuts modifiés à tous les membres du Comité International.
11. Activités futures
Le programme de l’AIESEE pour les années suivantes sera :
2000 – « Journée Balkanique »  - à l’occasion du XIXe Congrès international des sciences historiques – ayant comme thème « La Communauté Européenne et le Sud-Est européen ».
M Răzvan Theodorescu propose qu’un rapport soit présenté par M André Guillou, participant encore 5-6 spécialistes de la part des comités nationaux qui seront présents aux travaux du congrès. Le Président recevra une contribution pour le séjour à l’Oslo.
Le Secrétaire général informe les membres qu’il va participer, au mois de septembre courant, à une conférence internationale organisée par l’UNESCO en Suède, sur la lutte contre les stéréotypes et les préjugés dans les manuels d’histoires dans le Sud-Est européen -  « Désarmons l’histoire » - mais, non pas comme représentant de l’AIESEE mais comme observateur en tant que chef de la Chaire UNESCO d’études sud-est européennes de l’Université des Arts de Bucarest.
Toujours en 2000, à la fin du mois de septembre, vu le succès de la précédente manifestation, l’UNESCO a annoncé l’organisation d’une Conférence Internationale sur « Processus historique et développement de la communication au service de la paix : le cas du Sud-Est européen ».
M André Guillou présente le projet de cette conférence et relève qu’on a envoyées déjà des lettres à tous les comités nationaux en leur demandant de faire des propositions de participants. Du point de vue matériel c’est l’UNESCO qui gère.
Le colloque sur le thème «  L’Europe Centrale et l’Europe du Sud-Est (Relations politiques et culturelles) », prévu pour l’année 1998, aura lieu toujours en Bulgarie en 2001.
Mme Antoniadis-Bibicou propose d’élargir le domaine sur des questions économiques.
En même temps, M Răzvan Theodorescu propose pour 2003 un colloque sur la « Renaissance dans le Sud-Est européen », dont la place n’a pas encore été fixée.
M André Guillou est d’avis qu’il faudrait étendre les thèmes dans le domaine de la sociologie, l’ethnologie etc. et que les comités nationaux peuvent organiser d’autres rencontres.
Pour ce qui est du IXe Congrès international d’études du Sud-Est européen qui doit avoir lieu en 2004, M Luan Omari, Président du Comité national albanais et vice-président de l’AIESEE, lance l’invitation d’organiser le congrès en Albanie, tenant compte du fait que durant des années son pays n’a organisé que un ou deux colloques et que maintenant la situation politique a changé, de telle sorte qu’il existe la possibilité d’organiser un congrès.

M André Guillou, en soulignant que l’élection d’un Président parabalkanique montre l’ouverture vers le monde occidentale, lance également l’invitation d’organiser le futur congrès à Paris. En plus, il évoque comme autre argument la réalisation de l’Histoire des Balkans et la possibilité de présenter aux autres quel est le patrimoine du Sud-Est européen.

On met en discussion les deux propositions.
M Paul Stahl pense qu’à un congrès à Paris vont participer plusieurs chercheurs, pas seulement ceux du Sud-Est européen.
M Răzvan Theodorescu remercie M Luan Omari pour l’invitation mais soutient comme lieu du congrès Paris pour les mêmes raisons et propose aux collègues albanais d’organiser un colloque avec un grand éclat.
M Gyorgy Hazai appuis la proposition d’organiser le futur congrès en Albanie.
M Vladimir Iliescu, en tant qu’observateur pour l’Allemagne, considère que  c’est très important que la France discute sur les Balkans.
M Vladimir K. Volkov propose de ne prendre pas maintenant cette décision mais l’ajourner de un – deux ans et penser ce temps-là. Sinon, il choisit Paris.
Mme Maria Nystazopoulou-Pélékidou trouve que les comités nationaux doivent savoir dès maintenant pour prendre les mesures nécessaires et elle est pour Paris.
M Virgil Cândea, comme Président du Comité national roumain est pour Paris et en 2009 pour Tirana.
Mme Vasilka Tăpkova-Zaimova à titre personnel est pour Paris, pour que l’AIESEE bénéficie de plus de propagande, mais les spécialistes bulgares qu’elle représente préfèrent l’Albanie à cause des moyens financiers qui ne seront pas autres en 2004.
Mme Vassiliki Papoulia est pour Paris mais à condition qu’en 2009 soit Tirana.
M Victor Friedman, suppléé par son collègue des Etats-Unis, Bernd Fischer, a opté pour Tirana.
M Pedro Badenas de la Pena a choisi également Tirana.
M Petar Ilievski – à la place de Mme Olivera Yasar-Nasteva – soutient comme lieu du congrès Tirana.
Mme Tatjana Stefanovikova et M Haralambie Corbu est pour Tirana.
Le résultat a été : 10 voix pour Tirana et 6 voix pour Paris. Donc on décide que le IXe Congrès aura lieu en 2004 à Tirana.
12. Questions diverses
M Răzvan Theodorescu présente une lettre de l’Institut de Linguistique de Roumanie, signée par le professeur Gheorghe Mihăilă, qui suggère d’utiliser la langue du pays hôte des congrès, à la Section de philologie.
Les membres du Comité International rejettent cette proposition où l’acceptent à condition que chaque intervenant paie la traduction.
M Peter Bachmaier – observateur pour l’Autriche – propose l’organisation d’un colloque en collaboration avec Osteuropa Institut de Vienne.

Le Président André Guillou annonce la clôture de la réunion en remarquant que le Congrès a été bien organisé, qu’on a bien travaillé, remercie pour tout et attends les contributions pour « L"Histoire des Balkans ».